« 3 Univers Utilisateurs et 4 composants clés | Accueil | Conférence ISKO France 2011 - Lille 27 et 28 juin - inscriptions ouvertes »

21 mars 2011

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d83452993c69e20147e30351f8970b

Voici les sites qui parlent de Isidore, plateforme de recherche d'information en SHS :

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Dalb

@gracy - Merci de votre commentaire.
Je ne sais pas qui vous êtes, mais vous semblez ne pas bien évaluer le périmètre des outils bibliographiques que vous citez par rapport à celui d'ISIDORE.

Je pourrais pointer de nombreux gâchis depuis 35 ans que j'utilise les dispositifs infodoc français, mais je trouve qu'isidore remplit dans l'urgence un vide. On aurait aimé que cela se passe progressivement à partir des dispositifs existants...mais malheureusement l'éclatement et les aléas des politiques d'information en FR en ont décidé autrement. je pointe ici surtout le "conservatisme" :
- en termes de types de ressources d'information pris en compte par les bibliothèques : comme si depuis 50 ans, les savoirs ne se trouvaient que dans les livres et les périodiques : par exemple les bases de données d'enquêtes comme www.epsilon.insee.fr traitée dans ISIDORE,...
- en terme de niveau de traitement : pas d'évolution par rapport aux traitements mis en oeuvre à la fin du XIXè siècle - la notice catalographique de l'ouvrage et du titre du périodique mais pas le dépouillement des articles,... (ou alors il aurait fallu citer pascal/francis !)
- en terme de mise à disposition des ressources : nous sommes nombreux à solliciter les documents numériques et pas uniquement la référence...

Justement une grande masse des fonds rassemblés autour du portail ISIDORE ne se retrouvent pas du tout dans les outils que vous citez. Ceux-ci sont, j'ose le dire, "pauvres" (références + uniquement de monographies ou de titres de périodiques mais ni les articles ni toutes les autres types de ressources d'information) par rapport à ISIDORE, et en plus avec des recouvrements entre sudoc/bnf énervants en tant de crise...

Il est vrai que je mets en avant ici non pas les traitements évolués qui ont été déployés avec ISIDORE, mais le fait d'avoir rassemblé des fonds non répertoriés par ailleurs.
En même temps il est plus efficace de faire une recherche directe via un moteur, que d'avoir un accès via une classification à mon avis très difficile à proposer à un internaute à l'écran de ces milliers de ressources...et là les techniques traditionnelles (manuelles) auraient été impensables.

Par contre comme je le signalais, l'investissement intellectuel et technique pourrait être valorisé pour d'autres portails plus thématiques...

gracy

En temps de crise, mobiliser des fonds et des fonctionnaires pour un nième site référençant les publications me paraît démesuré car les sites comme BNF, SUDOC, GALLICA, IdREF, worldcat, viaf, ... donnent tous les éléments pour les étudiants et les chercheurs. Il suffit tout simplement que l'on fasse un peu d'effort pour aller chercher l'information.

Bien cordialement

Stéphane Pouyllau

Bonsoir,
Merci pour ce billet très pédagogique sur ISIDORE. C'est un véritable mode d'emploi. Certaines de vos remarques viendront alimenter le projet. Nous allons ouvrir très prochainnement l'API d'ISIDORE (API en mode REST, permettant de développer des mashups se connectant à ISIDORE) et le sparql end point. ISIDORE sera présenté très bientôt aux journées de l'ABES à Montpellier (17 mai) et sur le stand IST de la DIS du CNRS lors d'i-expo (18-19 mai sur le stand n°1D6).

Cordialement,

Stéphane Pouyllau
Ingénieur de recherche au CNRS / TGE Adonis
Co-responsable de la réalisation d'ISIDORE.

Pierre Col - Antidot

L'Open Data, et plus largement la vague du Linked Data et du "web des données", concerne les États, avec leurs administrations et services publics, ainsi que les collectivités locales et aussi toutes les organisations, y compris les entreprises privées, petites et grandes, qui ont intérêt à partager ouvertement certaines informations (pas toutes évidemment) avec leurs clients, fournisseurs, partenaires, bref avec leur écosystème.

Et les technologies du web des données, ou web 3.0, en donnant directement accès à des données interconnectées plutôt qu'en ouvrant des API spécifiques à chaque source d'information ou silo de données, apportent un gain considérable en matière d'interopérabilité.

A cet égard, le projet ISIDORE, du CNRS - TGE Adonis, que vous avez très bien présenté, constitue le plus grand projet "web des données" / Linked Data / Open Data mené à bien en France à ce jour.

Le portail web, qui était ouvert en beta test depuis décembre 2010, donne accès à plus d'un million de documents et publications de la recherche française en sciences humaines et sociales, issues de plus de 850 sources différentes, qui sont collectées, analysés, traitées et enrichies automatiquement.

Les métadonnées de tous ces documents ont été normalisées et alignées sur des référentiels et thésaurus scientifiques, automatiquement classifiées, articulées entre elles et enrichies et, pour finir, publiées dans un triple store RDF de plusieurs millions de triplets, où elles sont librement interrogeables en SparQL. Une démo de ce qu'il est possible de développer à partir de ce point d'entrée SparQL est disponible ici : http://www.lespetitescases.net/semweblabs/isidore/

Plus d'info sur ce projet et sur les outils logiciels pour le réaliser, fournis par Antidot (éditeur de logiciel français très impliqué dans les outils pour le web de données) :
- http://bit.ly/CasClientISIDORE (PDF de 4 pages présentant le projet ISIDORE)
- http://bit.ly/AIF-v1 (PDF de 4 pages présentant la solution Antidot Information Factory)

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Infos

  • Infos&Contact


Passants